Quantcast

GP1 Monaco 2022 - Dimanche

Une fois de plus le Grand Prix de Monaco a tenu toutes ses promesses d’intensité, d’émotions, ainsi que de son lot de surprises.
En effet, alors que le slogan mythique de la SBM disait « It never rains in Monte-Carlo », à 14h54 la direction de course a suspendu la procédure de départ du Grand Prix de F1, en raison des conditions climatiques, ordonnant un tour de formation sous Safety Car à 15h15.
Ce n’est qu’après 2 tours de formation que le drapeau rouge fut sorti à 15h21, la pluie ayant redoublé d’intensité.
Finalement à 16h05, sous la haute autorité de la FIA, le départ du Grand Prix put enfin être donné derrière la Safety Car.
Pour peu de temps en fait, car au 26ème tour, l’accident, très impressionnant mais sans gravité heureusement pour le pilote de la Haas, Mick Schumacher, déclencha de nouveau la sortie du drapeau rouge, le temps de sécuriser la piste.
Un deuxième départ fut donc ordonné, à 17h15, lancé cette fois ci et non pas arrêté, afin que la course puisse se dérouler pour les 45 minutes restantes, le temps de course ne pouvant pas excéder 3 heures.
Malgré tout cela, environ 37 000 spectateurs et autres 100 000 personnes installés sur des terrasses de restaurant, d’appartements ou sur des yachts, sans oublier les quelques 70 millions de téléspectateurs, étaient présents pour voir ces 20 pilotes en découdre sur ce circuit mythique, qui rappelons le fait partie de la « Triple couronne », Grand Prix de Monaco, les 500 miles d’Indianapolis en Indy Car et les 24 Heures du Mans, dont à ce jour seul  le pilote anglais Graham Hill en porte la couronne.
Un tel engouement pour ce Grand Prix d’exception, car en plus Charles Leclerc, le monégasque, avait réalisé la veille le meilleur temps aux qualifications et, pour la deuxième année consécutive partait en Pole Position. 
Pour mémoire le dernier monégasque vainqueur sur ses terres a été Louis Chiron, en 1931, au volant d’une Bugatti Type 5, lors du 3e Grand Prix de Monaco.
La météo devenant plus clémente, c’est le français Pierre Gasly sur Alpha Tauri qui le premier passa en pneus intermédiaires, bientôt suivi par Sergio Perez et Charles Leclerc.
Mais c’est à ce moment là que les dieux abandonnèrent Charles Leclerc, ainsi que la Scuderia Ferrari d’après les spécialistes, car suite à leurs mauvaises décisions de passage aux stands, il se retrouva en 4ème position, place à laquelle il terminera.
C’est donc le mexicain Sergio Perez qui au terme des 64 tours de course remporta ce Grand Prix, suivi par l’espagnol Carlos Sainz Jr et le néerlandais Max Verstappen.
Les Carabiniers du Prince jouèrent donc en direct l’hymne mexicain et non monégasque, mais parions dès à présent que les dieux de la Formule 1 rendront grâce à l’immense talent et professionnalisme de Charles Leclerc, qui inscrira à son tour à son palmarès le Grand Prix de sa ville, de son pays natal et succèdera ainsi à Louis Chiron.
Jean-Luc ELENA

Immagini

Redazione PortofinoNews

redazione@portofinonews.it

LA STORICA FIAT 500 DI NUOVO IN PISTA A MONACO

Apunt Media

Art3f Monaco

Palio del Tigullio 2022

IV Tributo a Carlo Riva 2022